Entrevue: Nick, Jeff et Jennifer pour "Slack Jaw Punks" [fra - 7/8/15]

Lors de leur première journée au MiParacon à Sault Ste-Marie au Michigan, Nick, Jeff et Jennifer sont interviewés par Bub de « Slack Jaw Punks ». Les principaux sujets sont le « Nick Groff Tour », les apparitions fantomatiques, le jeune Nick en retenue à l’école, Kurt Russell, les pistolets Nerf, la drague et les théories physiques! Voici la transcription mais vous pouvez l’écouter et la télécharger en cliquant ici. Amusez-vous bien!

"Bub: […] Et maintenant, voici une interview avec Nick Groff. Il faisait partie de l’émission télévisée « Ghost Adventures ». C’est un mec sympathique, fort aimable. On a parlé ce qui se passe actuellement avec ses nouveaux acolytes. Vous pouvez aller sur son site, le nickgrofftour.com et vous serez à l’affût de tous ses faits et gestes. Il est génial! Écoutez cette interview. J’ai passé du bon temps avec Nick. […] Les gars, merci d’être venus. C’est vraiment apprécié!

 

Nick: Merci! 

 

B: Nick, Jeff et Jennifer. Je me trompe? J’ai bien prononcé les noms? 

 

Jeff: Tout à fait.

 

N: Et en ordre! 

 

B: J’aimerais débuter rapidement et de façon rigoureuse. C’est ce que j’aime faire dans mes interviews, j’aime entrer dans le vif du sujet. Les gars, comment aimez-vous être dans le haut de l’État, à Sault Ste-Marie? 


N: C’est magnifique.

 

JF: C’est formidable. 

 

Jennifer: C’est splendide. 

 

B: Est-ce que vous venez ici souvent? 


N: Je n’y étais pas revenu depuis la première année de l’événement. Je crois que c’était en 2009 - 2010. Cela fait presque cinq ans, ça fait longtemps. 


B: Ce que les gens ne comprennent pas à propos du Michigan, c’est que ce n’est pas seulement Détroit. Nous habitons cette ville. Lorsque nous la quittons, on se dit : « Bon sang, cet État est magnifique! ». Nous l’oublions aussi, parce que nous avons été habitués à un Détroit ressemblant à « Mad Max ». Et tout à coup, vous vous trouvez ici et c’est comme : « Nom de Dieu! C’est tellement vert et l’air est si pur! ». C’est dingue les gars.

 

N: J’aime Détroit! C’est superbe! J’ai un bon ami qui vient de là, John E. L. Tenney. Je lui ai parlé de sortir de cette ville plus souvent pour faire des enquêtes. C’est presque l’équivalent de « New York 1997 », tu sais, le film avec Kurt Russell qui essaie de s’échapper de cette cité. C’est presque comme si chacun essayait de s’échapper de Détroit, et moi, j’essaie d’y entrer!

 

B: Nous avons enregistré notre introduction il y a trois minutes avec Kurt Russell. C’est hilarant que vous ayez amené ici Kurt Russell! 

 

N: C’est un des meilleurs. Une des vedettes de films classiques. 

 

B: Et Détroit ressemble à « New York 1997 ». 

 

N: Elle l’est totalement!

 

B: D’accord, je désire poser une question dont tous veulent avoir la réponse. Qu’est-ce que vos parents vous ont répondu lorsque vous leur avez dit : « Je veux devenir un chasseur de fantômes professionnel? ». 


N: Bien, le hic est que je ne leur ai pas dit en fait ! Ce n’était pas une profession, comme : « Eh! Papa, maman, je n’irai pas à l’université. Je veux devenir un enquêteur du paranormal ». C’était davantage : « Eh! Est-ce que c’est toi que nous avons vu à la télé? Qu’est-ce que tu fais là? ». Et moi de répondre : « Oh! Vous avez vu le programme? Je suis dans cette nouvelle série « Ghost Adventures! ». 


B: Ils ont sûrement pensé que tu deviendrais avocat.

 

*rires* 

 

N: Ouais, ouais! Mon père l’a sûrement envisagé parce qu’il est avocat! Alors c’est rigolo de penser que je serais le fils prodige comme avocat. Mais ça a été le contraire absolu puisque j’étais un hyperactif loufoque. Mon père déambulait à l’école dans les corridors pour venir me chercher dans la salle de retenue. J’étais l’un de ces enfants, malheureusement. 


B: Si ton père était avocat et que tu étais dans le trouble à l’école, alors…


N: Cette période était comme vouée à l’échec.

 

B: Mon père est un mec sympathique. Il disait aux professeurs : « Ferme-la, t’es qu’un idiot! ». *rires* Ton père semblait être du style : j’aimerais avoir la preuve.  Présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. 


N: J’avais l’habitude de dire à mes professeurs : « Vous savez, je crois que c’est le bon moment, je devrais téléphoner à mon avocat ». Non, c’est une bonne personne. Honnêtement, j’étais un hyperactif. J’aimais simplement avoir du plaisir, passer de bons moments, vivre ma vie quoi. 


B: Alors ils étaient sympas. T’ont-ils embêté parce que…?

 

N: Oh! Oui, absolument. Ma mère est très religieuse. J’ai été élevé dans la religion catholique mais je suis davantage un mec spirituel, simplement un chercheur d’âmes qui se demande ce qui se passe après la mort. Je crois que la principale question, est : que se passe-t-il après? Je crois fermement à l’énergie. Je crois que nous produisons une sorte d’énergie qui émane de notre corps, et le fait est que nous allons mourir un jour. Lorsque notre tour viendra, nous saurons réellement ce qui se passera après. Mais je crois que nous sommes très près de découvrir quelque chose, depuis que je fais mes enquêtes et mes recherches. Nous ne l’avons pas encore apprise ou trouvée. C’est comme la science. C’est fou la manière dont nous évoluons et dans les siècles à venir, je pense que nous découvrirons quelque chose que nous ne comprenons pas encore complètement, ce que nous appelons le paranormal.

 

B: Alors tu crois que le paranormal sera acceptée comme une science? 

 

N: Tu sais, une chose étrange dans l’histoire est que la science a toujours essayé de découvrir des choses reliées au paranormal et ce, depuis la nuit des temps. Ils ont conçu des vaisseaux spatiaux, les voyages dans le temps. Il y a tant de choses différentes que les scientifiques recherchent mais qui est cachées au public Il y a tellement de secrets dont nous ignorons l’existence.

 

B: Bon, supposons ceci : disons que la science, tout d’un coup, explique ce qu’est fantôme, un esprit ou peu importe le terme. Est-ce que tu crois que, d’une certaine manière, l’attrait pour le paranormal disparaîtra?

 

N: Je ne sais pas. Le problème avec la science est que les scientifiques ont besoin de voir un fantôme assis sur une chaise, à dix-sept heures à tous les jours. Si ce fantôme n’est pas là à dix-sept heures, à tous les jours, il n’existe pas. Vous comprenez ce que je veux dire, c’est la manière dont la science est cartésienne. Malheureusement, le paranormal est comme une aiguille dans une botte de foin. Parfois, cette aiguille te pique la main lorsque tu essaies d’atteindre la botte de foin, alors tu ne sais jamais ce qui va surgir devant toi.

 

B: Vrai. Depuis combien de temps fais-tu ce métier? 


N: En toute honnêteté, j’ai toujours été intéressé par le paranormal depuis mon enfance. Mais cela fait plus ou moins quinze ans que je m’implique réellement en faisant des recherches et en lisant sur le paranormal.

 

B: Et en quinze ans, quelle a été la chose la plus dingue, la plus authentique…?

 

N: J’ai vu une apparition complète en 2009 à l’hôpital Linda Vista dans l’est de Los Angeles. Nous étions en train de filmer, je me suis retournée et j’ai vu cette femme se tenant à 0,6 mètre de ma figure. J’ai eu la peur de ma vie!

 

B: Tu a vu une ombre transparente…

 

N: Une apparition complète, une femme. Je peux te la décrire dans les moindres détails. Je sais qu’elle m’a vu et je l’ai vue une fraction de seconde. Ensuite, c’était la panique totale et j’ai reculé. J’ai presque eu une attaque cardiaque!

 

B: Je serais parti en courant et en criant.

 

N: J’ai littéralement sauté vers l’arrière. Si vous regardez de plus près l’image sur la vidéo, vous pouvez voir la caméra s’envoler dans les airs. C’était à ce point effrayant.

 

*rires* 

 

B: C’est la pire chose que tu as vécue. Mais pour notre dossier, ce sont les fusils Nerf! 

 

N: Ouais. Et je me fais tirer au fusil en ce moment par Lee Kirkland. Parce que mes questions ne sont pas assez rapides. Alors c’est comme s’il n’y avait pas de bonnes questions!… Je l’ai presque pris dans la bouche! *rires* C’était le tour de magie pour attraper une balle directement dans la bouche.

 

B: C’est pour une bonne cause, les gars. Je ne sais pas si…

 

*rires* 

 

N: Je sais, alors continuons. Ça devient dingue. 

 

B: C’est super! 

 

N: Nous avons beaucoup de plaisir, oui.

 

B: Maintenant, lorsque tu as vu cette femme, après avoir vu quelque chose de semblable… Est-ce cette raison qui te pousse à continuer dans ce domaine?

 

N: C’est ma quête d’essayer de comprendre ce qui se passe après la mort. Je suis un rationnel et j’essaie d’établir un équilibre entre moi-même et certaines choses dont je ne saisis pas complètement le sens. Mais ce sont mes expériences qui me poussent à comprendre mes idées. Y a-t-il encore plus d’explications concernant cette énergie avec laquelle tu entres en contact? Ou comment est-ce possible que je puisse voir une apparition complète se tenant là et qui n’aurait pas pu se trouver à cet endroit? C’est ce genre de choses qui me pousse davantage à élaborer des théories, à apprendre, à poursuivre mes recherches. Comment notre monde a-t-il été créé? De quelle manière l’énergie se forme-t-elle? Lorsque nous mourrons, le corps meurt mais où va l’énergie? Est-ce qu’elle reste ancrée? Est-ce qu’elle se multiplie? Devient-elle multidimensionnelle? Existe-t-il un autre espace-temps dont nous ne comprenons pas encore entièrement et qui est parallèle au nôtre?

 

B: Et c’est un sujet populaire dans la physique quantique. La théorie du multivers. 

 

N: Ouais... Et maintenant, nous prenons des égoportraits tout d’un coup! *rires* C’est dingue! Nous parlons en profondeur sur des théories, la physique quantique, les voyages dans le temps, les fantômes, les apparitions et ce qui arrive après la mort…Et tout d’un coup, nous faisons des égoportraits!

 

B: Comment as-tu fait la connaissance de Jeff et de Jennifer? 

 

N: Oh, je vais les laisser parler. Jennifer, veux-tu raconter la manière dont nous nous sommes connus et depuis les débuts, ce qui nous était destiné?

 

JN: Et ça l’était! J’ai invité les gars pour l’événement du Scarefest à Lexington en 2009. Et dès que nous avons rencontré Nick, c’était comme si nous l’avions toujours connu.

 

JF: Le coup de foudre. 


N: Ouais. C’est la même chose lorsque tu vois une petite étoile briller dans les yeux d’une personne, tu le sais simplement.

 

JF: Je voulais dire depuis ce moment, tout a débuté.


B: Alors est-ce que vous vous êtes dit : « Eh! Allons chasser les fantômes!?

 

*rires*

 

JF: Non, il fallait que notre relation mûrisse pour le paranormal. 

 

JN : Draguer le paranormal. 

 

*rires*

 

N: Une émission radiophonique : Draguer le paranormal! Vous devriez faire cela.


B: De quelle manière est-ce que vous vous êtes-vous perçu? Vous ne vous êtes pas dit : Eh! Tu me sembles intéressé par les personnes décédées! Allons-y!  

 

N: Ou bien : Eh! Ton énergie est liée à la mienne!

 

JF: Oui, ça ressemble presque à nos sessions de PVE, du genre : « Esprit, es-tu là? Quel est ton nom? ».

 

*rires* 

 

N: C’est typique.

 

JF: « Pouvez-vous frapper sur quelque chose pour moi? ». « Donner un coup si vous désirez venir avec nous pour cette enquête ». 


N: J’ai réagis comme ceci : « Eh! Jeff, est-ce toi? Je ne peux vous voir les gars! ».

 

JF: « Je suis ici! ».

 

B: Des phrases semblables qui semblent vous limiter pour donner des ordres? Comme « Qui êtes-vous?! Pourquoi êtes-vous dans ma chambre? Arrêtez de me frapper! ».


N: Est-ce c’est tiré de « The Living and the Dead » ou simplement…?


JF: Si vous prenez une conversation d’une session de PVE et que vous l’utilisez avec une personne normale, la prison vous attend. *rires* « De quelle manière êtes-vous décédé? Pourquoi êtes-vous ici? ». 

 

N: Tout à fait! En réalité, non. Nous nous sommes rencontrés grâce au Scarefest que j’ai créé et c’est ainsi que tout a débuté. Je veux dire que ce sont d’excellentes personnes. Je les aimerai toujours. Elles sont comme ma famille. 


JF: Nous nous donnons des nouvelles régulièrement. Lorsque Nick a quitté « Ghost Adventures » pour s’établir à son compte, nous avons commencé la tournée parce que Nick désirait rester en contact avec ses fans et aller dans des endroits pour enquêter.

 

B: Maintenant que vous faites des enquêtes, est-ce que les gens viennent vous voir pour vous dire : « Eh! J’ai une maison hantée? ». 


JF: Non. Nos enquêtes sont plutôt organisées en tournée. Entre 75 et 100 personnes nous accompagnent, selon la grandeur de l’endroit. Lorsqu’elles arrivent, Nick les rencontre, il y a une séance de questions-réponses et ensuite nous faisons l’enquête. Puis nous les divisons en petits groupes qui enquêtent avec Nick, John Tenney ou Chad Lindberg... Vous savez, nous enquêtons avec différentes personnes. Certaines sont des enquêteurs qui ne sont pas à leur première enquête. Nous essayons de rendre le tout éducatif et que les gens apprennent de leurs expériences.

 

B: Lorsque tu commences à te dévoiler ainsi au public, as-tu déjà rencontré des gens disons instables émotionnellement? 

 

JF: Vous pouvez aussi bien rencontrer n’importe quelle personne qui est instable simplement en allant vous acheter un hamburger…


B: Wow, il y a toute une différence entre rencontrer une personne pour aller s’acheter un hamburger et passer douze heures dans un endroit isolé!

 

JF: Je crois que dans le domaine du paranormal, tu ne prends pas en considération beaucoup de personnes instables parce qu’elles le sont toutes!

 

*rires* 


B: Alors qu’est-ce que le futur nous réserve? Je veux dire pour vous les gars?


JF: Dans notre tournée de 2016, nous réserverons cinq dates. Et bien sûr, Nick a des projets sur lesquels il travaille sans relâche. Il est en tournage continuellement. 

 

B: Quelques émissions de télé? Quelque chose que tu peux nous révéler?

 

N: Oui. J’ai quelques projets sur lesquels je travaille et certains dont je fais la production. Vous me reverrez très bientôt à la télévision. Je ne peux vous en dire plus pour le moment, mais oui, le mois prochain, j’en ferai l’annonce de cette émission dont je serai animateur et enquêteur. Je regarde pour quelque chose qui me pousse davantage dans mes enquêtes paranormales. Je désire trouver quelque chose qui sera sans précédent, qui poussera de plus en plus les limites du paranormal. Donc, deux projets à l’horizon : le premier est celui où vous me verrez cette année et le second est celui dont vous entendrez parler très bientôt et qui est révolutionnaire. Je suis réellement enthousiasmé.


B: Quelle est ton compte sur Twitter?

 

N: C’est @NickGroff_. Sur Facebook, c’est Nick Groff - Main Page : je publie tout sur mon journal, c’est ma page principale. « Nick Groff » sur Instagram, Tumblr et Google+. C’est là où vous me trouverez.


JN: Nick Groff Tour!

 

JF: Et nickgrofftour.com. Vous y trouverez tous nos événements. Le prochain sera le 28 août à Virginia City au Nevada. Très peu de billets sont encore disponibles.


JN: Ce sera une fin de semaine très remplie. Nous enquêteront dans cinq endroits différents.


JF: Personne n’a encore enquêté dans certains de ces lieux.

 

N: Nous retournerons au club Washoe, où tout a débuté pout moi. Je suis vraiment enthousiasmé de m’y rendre à nouveau. 


B: Si vous venez à Détroit, appelez-moi. Je vous amènerez dans des pu**** de lieux vraiment hantés. 

 

N: Mince, on peut jurer ici?

 

*rires* 

 

B: Oui, c’est Internet! 


N: Et moi qui faisait attention à ce que je disais! Est-ce que je peux en dire un? Non, je blague.


*rires* 


B: Les gars, merci beaucoup. J’ai vraiment apprécié cette conversation.

 

N : Merci, mec."

Transcription et Mise en Page: Gwen.

Traduction: Chantal.

Image Éditée et Révision: Francine.